Derniers coups de ciseaux : la pièce de théâtre dont vous êtes le héros !

Cela fait à nouveau bien longtemps que je n’ai pas écrit… Et pourtant j’avais bien commencé ! Mais bon, la vie m’a conduit ces derniers temps à écrire, effacer, réécrire un mémoire qui n’en finit pas de s’écrire… Ce qui ne me laisse que peu de temps pour le reste. Mais bref, j’ai quand même eu l’occasion d’aller au théâtre, la semaine passée, et quelle ne fut pas ma surprise lorsque je me suis retrouvée, et tout le public d’ailleurs, mise à contribution ! Vous connaissez sûrement ces romans que les enfants adorent, où chaque fin de chapitre propose un parcours de lecture différent, ces  « histoires dont vous êtes le héros » ? Eh bien Derniers coups de ciseaux reprend ce schéma et le transpose au théâtre.

Reprenons du début. Au commencement il y a une histoire, un prologue. Derniers coups de ciseaux est une comédie policière qui se déroule dans… un salon de coiffure ! (Difficile à deviner non ?). Tous les ingrédients de la bonne comédie et  du policier de série B sont réunis : un huis-clos dans un décor propice à la propagation de la rumeur, des personnages très stéréotypés (la coiffeuse blonde pulpeuse et sotte, le coiffeur gay, la bourgeoise parisienne etc.) et toutes les formes de comiques possibles : le comique de caractères, la répétition, le comique de mots, le comique de situation, le comique de gestes et de moeurs. La comédie croque à gros traits la société parisienne et l’actualité brûlante. C’est lourd, potache mais drôle.

L’originalité de la pièce c’est la place qu’elle accorde au public. Qui dit intrigue policière, dit meurtre… dont vous, en tant que public, allez être le témoin. Enfin pas exactement, mais vous êtes témoin de l’action qui se déroule dans le salon de coiffure et des faits et gestes du potentiel meurtrier. Une fois le meurtre commis, la lumière s’allume et là, surprise, la police vous demande de témoigner ! S’en suit un dialogue entre le public et les comédiens comme on en a rarement vu au théâtre.  Difficile de ne pas se laisser prendre au jeu et de ne pas retomber en enfance, dans cette pièce qui rappelle Cluedo où ce bon vieil ami, l’inspecteur Derrick.

Pour ne pas trop en dire, je vais m’arrêter là et vous conseiller vivement de vous rendre au théâtre des Mathurins, pour passer un bon moment et voir cette pièce dans l’ère du temps. Car si je me suis laissée happer par la pièce, c’est aussi qu’elle a trouvé un écho en la community manager que je suis… Web 2.0, web participatif et maintenant théâtre interactif, il y a surement des éléments dont on peut s’inspirer. A méditer en somme !

Pour en savoir + :

http://www.theatredesmathurins.com/spectacle.php?id=7

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s